Venez jeter un coup d’œil à Halden City, chaleureuse métropole de la Côte Est des Etats-Unis. Ici, l'herbe est verte, le ciel bleu, et les supers-héros côtoient tant bien que mal les humains et les aliens, dans une atmosphère tendue. Qui rejoindrez-vous ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiche de PNJs privés

Aller en bas 
AuteurMessage
Wikke Hulbrecht
Admin
avatar

Messages : 71
Crédits : 2447
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche d'Immatriculation
Sexe: Homme
Âge: 40 ans
Ethnie : Humain

MessageSujet: Fiche de PNJs privés   Sam 5 Avr - 19:01

Ici seront postés des PNJs privés qui n'ont pas forcément de lien avec Wikke, mais que je garde sous le coude, au cas où une envie de RP "autre" se présente.

Si vous voulez les utiliser, MPez-moi, on peut toujours éventuellement s'arranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wikke Hulbrecht
Admin
avatar

Messages : 71
Crédits : 2447
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche d'Immatriculation
Sexe: Homme
Âge: 40 ans
Ethnie : Humain

MessageSujet: Re: Fiche de PNJs privés   Lun 7 Avr - 22:25


Les Sœurs Pham




Trinh Thi Pham

alias La Vierge de Saïgon




Informations personnelles


Age : 68 ans (en paraît une vingtaine)

Sexe : Femme

Ethnie : Inconnue, réincarnation de déité pour certains, incarnation de l'esprit de vengeance de tout un peuple pour d'autres ...

Occupation : Ancien symbole patriotique du Vietnam communiste. Est partie en exil et tente de mener une vie normale.

Alignement : Civil




Pouvoirs :

La palette précise des pouvoirs des deux sœurs Pham n'a jamais pu être établi avec précision, mais celle-ci est aussi vaste que terrifiante. Leurs capacités physiques sont bien au-delà des capacités humaines, et mêmes considérés comme incroyables selon les standards surhumains. Elles disposent de sens sur-développés, elles peuvent réagir et se déplacer à des vitesses apparemment relativistes, et leur force n'a pas réussi à être estimée précisément : La Dragonne de Khe Sanh, qui détient ce sobriquet de par sa propension à user de ses capacités sous leur caractère le plus bestial, est connue pour avoir semé la terreur en détruisant des blindés à mains nues, voir en les lançant contre des aéronefs. La prouesse la plus prodigieuse que l'on ait enregistrée d'elle fut quand elle força le USS Entreprise à s'échouer sur des récifs en utilisant uniquement sa force brute. Les deux sœurs semblent également non-affectées par la faim, la soif la fatigue, la maladie ou plus largement tout ce qui affecterait des êtres humains : elles restent en permanence dans un état opérationnel optimal. Elles sont de plus immunisées à toutes les formes de dommages que l'on a pu intenter contre elles, des tirs d'armes automatiques jusqu'à un tir de roquette Davy Crockett.

Si elles n'avaient été que des brutes épaisses, toutefois, cela aurait été trop simple, et elles détiennent des capacités bien au-delà d'une force surhumaine. C'est la Vierge de Saïgon, bien plus calme que sa sœur, qui en fit montre, en faisant "exploser" des G.Is sans même les toucher ou encore en annihilant dans leur esprit toute volonté de combattre. Tandis que la Dragonne se livrait à une incinération au-delà de toute reconnaissance de ses ennemis, parachevant encore davantage son pseudonyme dans sa réputation, la Vierge s'attela à guérir des centaines de blessés de guerre, allant jusqu'à faire repousser des membres cassés ou guérir des pathologies liés à des empoisonnements bactériologiques ou chimiques supposés incurables. Elle restaura la vie dans des zones entières défoliées à l'agent Orange, et supprima les radiations qui frappèrent la zone d'impact de la roquette américaine qui l'avait visée, ou plus tard, du réacteur de l'épave de l'USS Enterprise que sa sœur avait poussé en terre. Une légende court même sur le fait qu'elle aurait ramené un mort à la vie...

Leurs adversaires les plus avisés encore en vie en sont simplement venus à la conclusion qu'il n'y a rien qu'elles ne puissent potentiellement faire, et que leur pouvoir n'aurait en théorie pas de limite. L'arrivée d'équipements extraterrestre sur l'échiquier mondial pourrait cependant troubler ces allégations : plusieurs super-héros considérés comme invincibles auraient été retrouvé sans vie après être tombés contre des bandits trop bien équipés...

Armes :

Aucune


Description physique :

D'une manière semblable à sa petite sœur, Trinh, une fille sans la moindre spécificité physique, se vit du jour au lendemain piégée à son corps défendant dans une enveloppe qui n'était plus qu'une grotesque parodie de la petite fermière crasseuse qu'elle avait été. Ses cicatrices avaient disparues et ses brûlures s'étaient envolées, alors que son visage disgracieux et brisé avait cédé la place à la version parfaite qu'elle aurait pu connaître si une existence pénible et les affres de la guerre ne l'avait pas pris. Son corps malingre et écorché de chair s'était fait athlétique et sculpté de marbre, immuable comme ces statues grecques auxquelles on ne manqua de la comparer. Immuable, car rien n'avait plus prise sur lui. Que ce soit l'âge, la blessure ou le manque de nourriture, rien n'y faisait : elle ne connaissait plus aucune de ces sensations grivoises de faim, de fatigue ou de douleur, et sa peau restait aussi douce et immaculée qu'au jour de sa transformation.

Description psychologique :

Douce, calme et aimante, Trinh était, avant de devenir l'un des êtres les plus puissants de la planète, une jeune fille sans histoire, studieuse, rêveuse et toujours prête à rendre service. Quand la guerre a frappé son village, c'était l'incompréhension plus que la colère qui l'avait touché, de même lorsque les soldats américains massacrèrent ses frères. Le seul moment où la colère la submergea, ce fut après que ces soldats l’eurent violé. Submergée, elle finit par les tuer tous, les massacra sans la moindre once de pitié. Elle regretta son geste. Elle ne voulait plus connaître la guerre, elle voulait revoir son pays en paix. Ce fut la seule et unique pour laquelle elle accepta de collaborer avec les forces nord-vietnamiennes, en ne cautionnant aucune de leurs dérives : Elle s'en prit autant aux forces américaines qu'aux soldats nord-vietnamiens et vietcongs qui s'en prenaient aux civils lors de la Bataille de Hué, et soigna autant les prisonniers américains que ses compatriotes. Elle poussa ce pacifisme jusqu'à prendre Saïgon presque sans combats, en annihilant toute volonté de se battre et en instillant la peur dans l'esprit des défenseurs. Ce fut une autre décision qu'elle regretta amèrement, quand elle apprit que le désespoir poussa au suicide les trois quarts des hommes qu'elle croyait avoir "sauvé" des combats...

Toute velléité guerrière s'éteignit chez elle avec la fin de la guerre, qu'elle attendait comme un soulagement. Elle n'avait jamais demandé cela. Elle sur qui le temps n'avait plus. Nombre de femmes cherchaient à conserver jeunesse et beauté éternellement, elle, était simple. Elle ne cherchait qu'à vivre une vie normale : sa décision de s'installer en Amérique n'est que sa dernière tentative. Trinh ne veut plus avoir à connaître le tourment, et elle n'utilise ses pouvoirs que le moins possible. Elle ne cherche que la paix, et le bonheur de son fils.


Histoire


ECRIRE ICI




Long An Pham

alias La Dragonne de Khe Sanh

alias Lily Chan




Informations personnelles


Age : 65 ans (en paraît une vingtaine)

Sexe : Femme

Ethnie : Inconnue, réincarnation de déité pour certains, incarnation de l'esprit de vengeance de tout un peuple pour d'autres ...

Occupation : Ancien symbole patriotique du Vietnam communiste. Ancienne star. Est à la recherche de sa sœur.

Alignement : Renégat.




Pouvoirs :

Les mêmes que sa sœur.

Armes :

Aucune


Description physique :

ECRIRE ICI

Description psychologique :

Tout juste adolescente quand elle a vu sa famille massacrée par l'armée américaine, Long était durant la guerre, au contraire de sa sœur, profondément belliciste, violente et avide de vengeance. Là où sa sœur se révélait paisible et avide de justice, elle inspirait la peur en se livrant elle-même à des exactions terribles, massacrant les prisonniers ou les humiliant. La seule raison qui l'empêcha de se déchaîner contre les Etats-Unis fut sa sœur, qui la retint. Exubérante et relativement contente, elle appréciait bien le temps où on la vénérait en tant qu'héroïne nationale, voir en tant que déesse. La vague retomba, et on les évinça progressivement, ne les écoutant et en faisant des symboles plus que de réels outils, à une époque où sa grande sœur, s'exprimant pour elles deux, avait déclaré qu'elle ne se mêleraient plus des affaires nationales.

Elle quitta le Vietnam bien avant sa sœur, et, bien que n'ayant jamais demandé non plus tout ses pouvoirs, elle en était extrêmement satisfaite et n'avait aucun complexe vis-à-vis d'eux ou du fait de les exhiber. Elle ne voyait pas pourquoi elle devrait rester dans son village arriéré à s'occuper à replanter du riz alors qu'il y avait tant à faire, et à découvrir. Par la force des choses, c'est une femme libérée et une citoyenne du monde, égérie même, malgré elle, de certains organismes féministes extrémistes. Réconciliée avec le monde occidental, curieuse jusqu'à l'absurde, elle tente et fait tout : actrice, mannequin, pilote de course, sex symbol, star incontestée des ligues de "super" combat libres et de "super" athlétisme (avant que ces domaines ne connaissent de vraies règles concernant les capacités autorisées et leur puissance.), elle a même eu sa propre ligne de vêtements, de sous-vêtements, son propre parfum, et une carrière de chanteuse passable. Elle est connue également pour ses frasques et ses histoires de cœur : on lui connaît de nombreuses relations souvent éphémères, notamment avec David Bowie, Mick Jagger ou encore Andy Warhol (dont la série de sérigraphie qu'elle avait fait d'elle l'avait semble-t-il charmée.). Elle est tant abonnée aux tabloïds et aux "coups d'une nuit" qu'elle se parodie elle-même en apparaissant avec les Village People dans une reprise féminine de Macho Man (ce qui pourrait expliquer son faible succès musical.), tout en révélant en même temps son tempérament nerveux en envoyant Sting à l'hôpital quand elle apprend qu'elle est le personnage qui a inspiré Roxanne.

Cela ne l'empêchera pas de tomber dans l'oubli, ce qui blessera son ego sans réellement détruire son naturel expansif, impulsif, et donc au moins à la mesure de ses pouvoirs.


Histoire


ECRIRE ICI


Dernière édition par Wikke Hulbrecht le Mar 15 Avr - 15:19, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wikke Hulbrecht
Admin
avatar

Messages : 71
Crédits : 2447
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche d'Immatriculation
Sexe: Homme
Âge: 40 ans
Ethnie : Humain

MessageSujet: Re: Fiche de PNJs privés   Jeu 10 Avr - 16:36



Minh An Pham




Informations personnelles


Age : 10 ans

Sexe : Homme

Ethnie : Ne connaissant pas la nature de sa mère, il serait hasardeux de s'avancer sur la sienne.

Occupation : Fils de Trinh Thi Pham, pour lequel elle a quitté le Vietnam. Écolier.

Alignement : Civil




Pouvoirs :

Si il en a, ils ne se sont pas manifestés. On suppose qu'il a hérité ceux de sa mère.

Armes :

Aucune


Description physique :

ECRIRE ICI

Description psychologique :

ECRIRE ICI


Histoire



Le petit garçon avait le regard dans le vague, sur son bureau de fortune : un meuble récupéré à peu de frais, éclairé par une maigre loupiotte, dans un appartement miteux de Black Rock. Devant lui, une feuille blanche devant laquelle il mordillait son stylo.

" Je peux t'aider, mon ange ? "

A la maison, les deux parlaient en vietnamien, cela était bien plus simple pour Trinh que de se râper la gorge à tenter d'articuler son anglais couvert d'un épais accent asiatique tout juste caricatural. Le jeune garçon avait, lui, eu la chance de l'apprendre suffisamment tôt pour que son accent n'affecte pas trop sa prononciation.

" Je sais pas. C'est une rédaction, la maîtresse nous demande parler de nos parents. " répondit le petit Minh. Il fit rouler la chaise jusqu'à la porte de sa chambre, pour découvrir sa mère en train de se démener dans la cuisine, encore. Elle s'attelait à couper avec une infinie précaution des légumes " Il fait quoi, papa ? "

Sa mère releva les yeux vers lui, elle soupira.

" Chéri, on en a déjà parlé. Il est parti, il n'y a rien à dire sur lui. "

Le petit s'attendait à cette réponse, et il répondit par un regard de chien battu, mais le visage de sa mère n'appelait à aucune interrogation. Il avait devoir se contenter de ce qu'il aurait à dire sur sa mère. Une foultitude d'idées lui vinrent à l'esprit. Le temps qu'elles se mettent en forme et s'assemblent sans sa tête, elle l'appelait pour manger.

Lui tirait une tête d'enterrement. Elle semblait toute fière. Devant chacun d'eux, un bol de pho, la "recette de grand-mère". Pourquoi tentait-elle encore ? A chaque fois, c'était la même rengaine : la mère savourait le plat avec délectation, le fils attendait cinq bonnes minutes en observant silencieusement, le temps que le plat descende à une température supportable, et il luttait pour en ingérer quelques gorgées en déglutissant.

" Alors ? " demanda-t-elle, avec un sourire resplendissant et une fierté de lycéenne dans la voix, " Alors ? " Cela s'accordait parfaitement au sweat à capuche portant les couleurs de la Crane University qu'elle avait choisi de revêtir en ce jour.

Le petit secoua la tête. Le sourire devient incompréhension.

" Mais ... " hésita-t-elle " Je n'ai rien senti de différent ! Tout y est, normalement ! "

Oui, pensa le petit garçon. Comme lorsque le bouillon était trop salé, ou quand elle avait mis du poulet à la place du boeuf... Même la fois où elle confondu l'assaisonnement avec la poudre de piment, elle n'avait rien senti. Que dire sur sa mère ? Ce n'était pas un cordon bleu, déjà, mais elle était persévérante. Déjà, elle était repartie au charbon, se démenant avec l'autocuiseur.

Que restait-il à dire ? Qu'il était le fils d'une chômeuse repartie à l'université ? Il pourrait toujours raconter que sa mère avait des pouvoirs, mais elle lui avait fait jurer de ne rien dire : cela leur avait déjà causé trop de problèmes. C'était même amusant d'être le fils de quelqu'un d'aussi puissant, et à la fois d'aussi incapable. Elle avait pris des gants, et une infinie précaution pour extraire le riz de l'ustensile électrique. Le panier lui glissa des mains pour aller percuter le sol. Elle soupira en enlevant les moufles de cuisinière et finalement, se baissa pour attraper le réceptacle brûlant avec une main libre ... Tant d'efforts qu'elle tentait de faire pour paraître normale.

Elle avait même essayé d'apprendre à conduire pour pouvoir amener Minh à l'école, quand ils étaient à Santa Fe. L'expérience avait duré trois semaines, au terme desquelles elle avait eu un accident. Un pick-up avec deux paysans arriérés dedans en plein milieu d'une petite bourgade de campagne, s'en était suivi une rixe verbale, et puis ils avaient voulu en venir aux poings. Ils avaient dû quitter l'Etat quand les rednecks avaient porté plainte pour la destruction de leur véhicule, dans le doute, même si les experts avaient considéré que l'avant n'avait pu être aplati que par un rocher énorme, sûrement lors d'un éboulement, et que les victimes tenaient leur paranoïa d'un abus d'alcool. Ce genre de scénario, il l'avait connu non seulement à Santa Fe, mais également à Los Angeles et San Diego avant, et de nombreuses autres villes après ... Jusqu'à Halden City.

Elle faisait tout son possible pour être normale, mais elle ne l'était pas, normale. Minh le remarquait, le soulignait, mais elle s'obstinait.

La voila qui s'acharnait à essayer tout les boutons de l'autocuiseur. Las, elle lâcha une bordée de jurons dans un proto-anglais fortement accentué, et elle arracha le couvercle comme elle aurait ouvert un paquet de chips, laissant à peine au métal le temps d'un crissement d'agonie. La vapeur et l'eau bouillante lui bondirent au visage, noyant ses vêtements et ses cheveux.

Trinh se retourna. Son sweat était affreusement trempé; tout son corps fumait, et des légumes s'étaient écrasés contre plusieurs point de son visage et de son cou.. Elle portait une gamelle de métal difforme entre les mains dans laquelle ne reposait plus que quelques peaux de légumes.Le petit Minh ne put s'empêcher d'exploser de rire. La mère soupira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fiche de PNJs privés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fiche de PNJs privés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vidéo] Accès Privé - M6 Tokio Hotel et les Afghanes on Tour
» Fiche chanson Star Club
» La prochaine fiche Modèle ?
» acces privé
» Droit à la copie privée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A House Divided :: Avant de commencer :: Faire vivre vos personnages :: Carnets des Joueurs :: Wikke Hulbrecht-
Sauter vers: