Venez jeter un coup d’œil à Halden City, chaleureuse métropole de la Côte Est des Etats-Unis. Ici, l'herbe est verte, le ciel bleu, et les supers-héros côtoient tant bien que mal les humains et les aliens, dans une atmosphère tendue. Qui rejoindrez-vous ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mythes et légendes...

Aller en bas 
AuteurMessage
Léviathan
Admin
avatar

Messages : 115
Crédits : 2467
Date d'inscription : 29/03/2014

MessageSujet: Mythes et légendes...   Dim 13 Avr - 17:25

L'avion avait décollé depuis l'aéroport d'Halden City, faisant une brève escale à New York avant de franchir l'océan atlantique avec une seule destination : Athènes. Situé à l'avant de l'engin, en premières classe, Léviathan regardait attentivement les paysages qui s'étalaient sous ses yeux. Pour l'occasion et pour éviter de trop frustrer certaines personnes, il avait revêtit un costume taillé sur mesure, de plus il a avait résorbé sa queue et enfilé des gants noirs, si bien qu'il ne restait plus que son visage reptilien.

Obtenir les autorisations pour monter à bord avait été quelque peu compliqué. En effet, nombreux super-héros étaient considérés comme détenteurs d'armes, si bien qu'on craignait de se retrouver avec du super-terrorisme sur les lignes aériennes. Du coup, une seule possibilité : être enregistré auprès de la FEMA et être dans leurs petits papiers pour qu'ils délivrent une autorisation d'embarquement et une autorisation de quitter le territoire. De la même façon, Léviathan avait dû attendre l'accord du gouvernement grec pour son arrivée sur leur territoire.

Un individu avec ses capacités était considéré comme une arme, et les gouvernements faisaient très attention lorsque leurs armes se déplaçaient de leur plein gré. D'ailleurs c'était très surprenant que la FEMA l'ait laissé quitter le pays pendant un temps après la destruction de sa villa. Sûrement qu'ils préféraient lui lâcher la bride plutôt que d'avoir à l'affronter si jamais il se mettait en tête de leur reprocher leur incapacité à assurer la sécurité de leurs membres et à identifier les assaillants. Enfin, Ryuu avait arrondi les angles, le dialogue entre l'organisation et Léviathan n'avait jamais été très serein, mais elle trouvait toujours un moyen d'arranger les choses.

L'avion atterrit, et comme convenu, l'ambassade américaine avait envoyé un véhicule pour Léviathan. Son potentiel génétique était connu, et si on l'autorisait à voyager, mieux valait éviter que n'importe quel gouvernement ne lui mette la main dessus. Le pays quant à lui, évoquait à Léviathan de très lointains souvenirs, parmi les premiers qu'il possédait. Le berceau de la civilisation occidentale avait connu son lot de monstres, et à cette époque, il avait été à l'origine de nombre d'entre eux. L'homme chargé d'être son guide était un américain plutôt jeune, sûrement avec des origines mixtes, qui n'osaient même pas regarder son interlocuteur. Léviathan lui se contentait d'observer le paysage. Tout foutait le camp... De la formidable Grèce antique il ne restait plus qu'un pays vendant ses biens aux chinois pour sauver leur économie. S'ils savaient tout le pouvoir qui se trouvait sous leurs pieds, s'ils savaient tout ce que Léviathan savait.

La voiture s'arrêta, et sans un mot il en descendit. Quelques mètres plus bas se trouvait un petit bateau, mouillant dans une crique.

- Voilà monsieur, comme vous l'attendiez. Il vous emmènera où vous voulez. Par contre, je me dois de vous rappeler vos obligations... Vous devez être à l'université de génétique d'Athène pour donner un discours sur l'évolution et l'hybridation des espèces.

- Je n'oublierai pas.

Il aurait pu plonger dans l'eau, nager jusqu'à l'île, mais dans ce cas là, il aurait disparu des radars américains et européens : tout le monde se serait agité, et un incident diplomatique aurait eut tôt fait d'avoir lieu. Mieux valait jouer le jeu. Le petit navire conduit par deux agents de la FEMA le mena jusqu'à une des îles reculées du pays, loin de toute civilisation ou presque. Léviathan était déjà venu ici, il y a très très très longtemps.

Léviathan indiqua aux hommes de rester dans le navire. Il retira ses vêtements et plongea dans l'eau, nageant les quelques mètres qui le séparait de l'île. Tous les satellites devaient avoir les yeux fixés dessus, et s'il essayait de s'en aller à la nage, cela serait le bordel. Mais il n'était pas là pour échapper au regard de la FEMA, ou des grecs. Il était là pour voir quelqu'un qu'il n'avait pas vu depuis longtemps.

Il s'avança vers la minuscule montagne qui couronnait l'île. Une anfractuosité se dressait là, comme autrefois, et sans attendre, il s'y engouffra. Ses yeux n'eurent même pas le temps de s'habituer à l'obscurité qu'un coup magistral l'envoya valser en dehors de la grotte. Cela faisait vraiment longtemps qu'il n'était pas venu, mais on ne l'avait pas oublié.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://house-divided.forumactif.org
Léviathan
Admin
avatar

Messages : 115
Crédits : 2467
Date d'inscription : 29/03/2014

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Dim 13 Avr - 18:01





S'il avait eut les lèvres pour, il y aurait fort eu à parier que Léviathan aurait souri. Ce qui en soit aurait été sûrement plus effrayant qu'autre chose. Voir un tel rictus sur un visage aurait terrorisé la majorité de ceux qui l'avaient jamais croisé. Mais il pouvait admettre qu'il était presque content. Cela faisait bien trop longtemps qu'il n'était pas venu ici, qu'il n'était pas revenue en Grèce et croisé ceux qu'il y avait laissé. A toujours voyager pour rester loin de l'humanité, il en avait oublié certains. C'était une erreur, qu'un simple coup de poing allait sûrement difficilement effacer.

Léviathan se releva calmement, observant son adversaire. C'était une femme, ou tout du moins elle ressemblait vaguement en grande partie à une femme, si ce n'était ses cheveux qui étaient constitués de serpents et qui oscillaient dans tous les sens. L'armure qu'elle portait aurait été inutile chez bien des personnes, laissant entrevoir plus que nécessaire de peau. Mais il connaissait celle qui l'a portait, et il savait que c'était déjà bien qu'elle ait revêtu une armure tout court. Avec cet acabit et l'étrange cape écarlate qui tombait dans son dos, il se serait cru presque trois milles ans dans le passé.

- Qu'est-ce que tu viens faire ici ?

Le grec ancien de Léviathan était sûrement légèrement rouillé, mais au moins comprenait-il ce qu'elle voulait dire. S'était-il attendu à être bien accueilli ? Non, cela aurait été une erreur, mais il oubliait parfois à quel point des êtres telles que Sthéno étaient... Humains.

- J'avais besoin de te parler, à toi ainsi qu'aux autres.

Elle sera les points, fixant son regard dans le sien. Elle était belle, mais sa beauté n'était pas exceptionnelle... Il pouvait toutefois y lire la rage, et il savait que son regard était dangereux, capable de fasciner n'importe quel mammifère, de le rendre parfaitement immobile le temps qu'elle fonde sur lui. Mais lui, était immunisé à ce genre de pouvoirs, après tout, n'en était-il pas en partiel a source ?

- Qu'est-ce qui te fais dire que nous ayons envie de te parler, Typhon ?

Son vieux nom... Une époque lointaine et oubliée, une époque où il désirait faire bien plus que de simplement se tenir loin de l'humanité. Mais une époque qu'il préférait oublier, et dont peu de survivants pouvaient se souvenir. Sthéno était l'un d'entre eux, et elle semblait toujours en vouloir à son père de l'avoir abandonné.

- Ce n'est plus mon nom. On me nomme Léviathan maintenant. Et j'ai besoin de votre aide.

Elle était toujours sur ses gardes, après tout ce temps. Lui en voulait-il parce qu'il avait abandonné sa mère ? Parce qu'il avait laissé tous ses enfants se faire traquer les uns après les autres jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une moitié, maudits par leur humanité et obligés de se cacher dans des endroits reculés ? Il n'avait plus engendré depuis la Grèce antique, il n'avait jamais cru que l'humanité soit capable de porter sa progéniture. Mais il avait tort.

- En quoi le grand Typhon pourrait-il avoir besoin de l'aide de sa progéniture monstrueuse ?

- Une femme porte ma progéniture monstrueuse en Amérique en ce moment même.


Elle fondit sur lui, avec les réflexes d'un serpent et sa force surhumaine, mais il était son père, beaucoup plus âgé, beaucoup plus fort. Il referma ses doigts griffus sur son poing, absorbant le choc. Sa fureur n'était pas réelle, il pouvait le sentir, c'était par fierté qu'elle s'en prenait à lui.

- Comment as-tu osé ? Après tout ce que nous avons traversé ? Comment as-tu pu oser recommencer ?

- Je ne pensais pas que c'était possible... Votre mère à tous, était différente, elle n'était pas humaine et vous le savez. Jamais je n'ai pensé qu'une simple mammifère puisse porter un de mes enfants.


Sthéno recula quelque peu.

- Cet enfant va être dangereux, très dangereux... Plus que nous ne l'avons jamais été ! Le sang de notre mère nous a donné forme et le tiens nos pouvoirs, mais nous avons toujours été limités.

- Il est possible que ce ne soit pas le cas de cet enfant... Je crois au contraire qu'il possède des capacités bien supérieurs aux vôtres. Il a plongé sa mère dans le comas pour s'assurer qu'elle ne le mette pas en danger. Je crois que cette grossesse est trop importante pour une humaine.

- Evidemment ! Comment pourrait-il en être autrement ? Cet enfant risque de tuer sa mère à n'importe quel moment.

- En effet.


Mais ce qui l'inquiétait le plus ce n'était pas ça... Ses enfants, tels que Sthéno, possédaient ses capacités régénératives, mais leur patrimoine génétique était fixe, incapable d'évoluer constamment comme celui de Léviathan. Ce qu'il avait lu dans les données du programme Parasite le laissait penser que cet enfant n'avait peut-être pas le même frein... Et quoiqu'il prétende, Léviathan ne possédait pas un esprit humain, il ne raisonnait pas comme un humain, n'avait pas les mêmes ambitions qu'eux. Cet enfant, pouvait se révéler être une arme qui déstabiliserait encore plus l'équilibre des pouvoirs, il en était certain. Car un esprit humain pouvait être endoctriné, manipulé. Bientôt, les docteurs se rendraient compte que Sarah était enceinte, et à partir de là, certaines personnes fixeraient un prix pour son enfant.

- J'ai besoin de vous, pour comprendre ma descendance, comprendre ce que cela implique, et pour le protéger. J'ai peur que son impact sur la société humaine soit encore pire que le mien.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://house-divided.forumactif.org
Léviathan
Admin
avatar

Messages : 115
Crédits : 2467
Date d'inscription : 29/03/2014

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Mer 30 Avr - 14:51

Revoir ses premières progénitures n'était pas vraiment une chose que Léviathan était certain d'apprécier. Il avait laissé beaucoup de souvenirs ici, et il se rendait compte à quel point il avait essayé d'oublier son passé ces derniers temps, dans l'espoir d'embrasser plus pleinement sa vie aux Etats-Unis. Sarah était à l'hôpital, enceinte d'une énième monstruosité qui n'aurait même pas dû exister. Le Béhémoth était toujours libre, quelque part à Halden City, tandis que lui-même n'avait plus le droit d'approcher sa compagne et se retrouvait de nouveau à Athènes.

La discussion avec Sthéno avait été quelque peu... Désagréable. Et les autres n'avaient pas non plus étaient heureux de revoir leur géniteur. Ils étaient loin les temps primordiaux où les monstres ravageaient le monde et les humains s'agitaient de terreur en les voyant. Repartir de l'île avait été tout aussi aisé que d'y aller. Le gouvernement grec tout comme la FEMA observaient le moindre de ses mouvements. L'Union Européenne était-elle au courant de la présence de Sthéno ? Il ignorait si sa fille avait décidé de faire son entrée sur la scène du monde en tant que super-héroïne. Quoiqu'il en soit, cela importait peu.

Prenant place dans la limousine il allait pouvoir donner son cours à l'élite des étudiants en biologie et en médecine d'Athènes. Cela serait principalement répondre à des procédés sur l'hybridation, des procédés qui ne seront de toute façon qu'à peine évoqué. X-mera n'aimait pas trop qu'on révèle les secrets de fabrication de son gagne-pain, et il en allait de même pour Léviathan de toute façon. Il ne manquerait plus que d'autres pays soient capable de fabriquer des hybrides. Déjà que la compagnie luttait ardemment d'un point de vue légal pour que son projet ne tombe pas entre les mains du gouvernement américain et reste la propriété des dirigeants de X-mera.

Ce qui sur le papier signifiait principalement une tripotée d'actionnaires qui recevaient leur part des profits de l'entreprise. Mais X-mera était un organisme qui se dirigeait lui-même. Tant que les actionnaires recevaient leur argent et que l'entreprise affichait une bonne image, ils se fichaient de savoir qui tirait les ficelles. Peu de gens de toute façon avaient suffisamment de nerfs pour diriger une telle foire au monstre. Sauf celui qui lui avait permit de la faire fructifier.

Les choses seraient rapidement réglés. Il allait donner ce cours, répondre cordialement à quelques questions, puis il partirait de nouveau aux Etats-Unis. Là, il s'arrangerait avec le père de Sarah, et surtout il retrouverait ceux qui l'avaient attaqué. Ryuu et Poison étaient déjà dessus, mais il était certain qu'ils ne trouveraient rien. Tout du moins, pas sans un peu d'aide de X-mera elle-même.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://house-divided.forumactif.org
Wikke Hulbrecht
Admin
avatar

Messages : 71
Crédits : 2398
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche d'Immatriculation
Sexe: Homme
Âge: 40 ans
Ethnie : Humain

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Dim 4 Mai - 0:09

" Icône en approche terminale, piste en vue. J'entame la procédure d'atterrissage "

Dans la vie, il y a deux types de personnes. Les civils, et ceux qu'on paye pour garder les civils. Forcément, faire partie de la deuxième catégorie offrait certains privilèges non négligeables, comme disposer de plusieurs hangars privés à l'aéroport international d'Athènes. Depuis que l'Union Européenne avait mandaté OPEX pour aider les autorités grecques à maintenir l'ordre et à se moderniser, la société avait gracieusement proposé d'agrandir le principal aéroport de la ville, pour y garer ses aéronefs. Que pouvaient-ils bien dire, de toutes façons ? La Grèce n'était quasiment plus aux Grecs, alors refuser les offres de leurs collègues européens, ce n'était même pas retarder l'inévitable, puisque les Chinois ne manqueraient pas de venir de l'autre côté, avec des offres biens moins ... "conciliantes."

Depuis toutes ces années, donc, la population avait commencé à s'habituer à l'intervention massive de forces de sécurité privées dans les rues, et voir des aéronefs mercenaires au dessus de l'Elefthérios Vénizélos n'était que le cadet de leurs soucis : les armes à micro-ondes qui étaient déployées devant les ministères ou l'assemblée pour disperser les émeutiers et les drones de surveillance automatisés dans les quartiers à risques étaient bien plus effrayants, et depuis qu'on avait vu le seul véritable "Super Criminel" - un drôle d'étudiant anarchiste à la force prodigieuse se faisant appeler "l'Hilote" - s'être fait proprement abattre par un tireur d'élite sous l’œil des caméras de télévision du monde entier pour avoir fracturé plusieurs officiers de police tentant de le maîtriser et avoir lancé un semi-remorque sur un hélicoptère d'OPEX ; on était assuré que si ils étaient faisait tout leur possible pour assurer un maintien de l'ordre sans victimes collatérales, ils avaient, contrairement aux reliquats d'autorités encore en place, parfaitement la capacité de tenir en place une foule de lanceurs de cocktails molotovs et de porteurs de pancartes.

Et pour l'instant, un aéronef de plus atterrissait dans les quartiers militaires de l'aéroport. L'un de ces aéronefs ultramodernes disposant de deux énormes réacteurs sur les ailes, deux énormes composantes d'une myriade de plus petits propulseurs, destinées à faire de cet engin de transport une véritable fusée à la maniabilité suffisante pour esquiver les missiles. Ce n'était rien de moins que ça que les fabuleuses technologies d'inspiration extraterrestres autorisaient maintenant, et ce n'était que la face émergé d'un iceberg dont la compréhension échappait encore à bien des terriens : les envahisseurs arrivaient, et il fallait se préparer.

Heureusement pour les Athéniens, les extraterrestres n'avaient pas encore eu le droit d'y mettre les pieds, pas officiellement, du moins. L'Union Européenne s'y opposait formellement et la FEMA ne gagnerait de l'éclatement d'une crise diplomatique internationale, si ce n'était interplanétaire ... Et pourtant, on avait autorisé le Léviathan à y séjourner. Officiellement, il n'était pas "extraterrestre", il était tout ce qu'il y avait de plus terrien. Officiellement, il était américain, aussi, malgré tout ses débats sur le fait de l'autoriser ou non à disposer de la nationalité du pays des braves et de la terre des hommes libres. Qu'en faire, pourtant ?

Le gouvernement américain avait fait pression en faveur du "Rien.". Une forte pression, mais la pression d'un pays plein déclin. Une pression que Bruxelles n'avait accepté qu'à demi-mot. OPEX était donc astreinte à ne rien faire, et elle n'aurait rien faite, si l'une de leurs analystes les plus gradées du théâtre nord-américain ne leur avait conseillé de prendre l'initiative. Roxane en avait parlé à Megan, Megan en avait parlé à la direction, et la direction lui avait donné le feu vert : avoir ce Léviathan sous la main, avec l'opportunité unique de le séparer de ses anges-gardiens du gouvernement, était une aubaine !

Et c'est comme ça que Megan, l'éternelle misanthrope, se voyait sur le tarmac du berceau de la démocratie, s'arrêtant au pied de la passerelle pour sortir de sa poche et glisser sur son nez ses verres teintés. Devant elle, c'était tout un convoi qu'avait organisé les Grecs. Une poignée de main toute formelle avec l'officier que l'état-major local lui avait adjoint -ou avait flanqué dans ses pattes, tel qu'elle l'aurait défini.-. Une paire de mots. Un rire caustique de la rousse devant la berline banalisée que le gouvernement avait cru bon de lui attribuer, et voilà qu'elle était dans un véhicule de patrouille de la Compagnie, de nouveau sur la route, face à un officier grec gêné et passablement vexé par cette américaine, qui se comportait comme si elle était chez elle.

Le périple était gaillard, au demeurant. Rien de plus qu'une série de questions sur ce qui entourait l'université comme mesures défensives, ou sur ce que le Léviathan avait bien pu aller faire sur une île paumée en plein milieu de la mer Égée : il faudrait envoyer une équipe là-bas, sécuriser le site avant les américains, avant les autorités grecques même, et retarder les inspecteurs européens qui ne manqueraient pas de vouloir aller y jeter un œil aussi.

Sur la route, trois véhicules blindés transportant des mercenaires étaient flanqués à l'avant et à l'arrière de voitures de police toutes sirènes hurlantes, tandis que des motards s'assuraient que les artères étaient dégagées. Pour cela, il était vrai, OPEX se comportait en colonisateur. Refuser les exigences des mercenaires, c'était s'exposer à voir la paix sociale si durement acquise s'enfuir de plus belle, et qui voulait voir la Grèce retomber dans une crise dont elle avait mis plus de dix ans à se relever ?

Il fallut à peine vingt minutes pour parcourir la distance qui séparait l'aéroport du campus de médecine de l'Université d'Athènes. Vingt minutes à parcourir l'autoroute au-delà des cent soixante kilomètres à l'heure et à emprunter les étroites rues de l'ancienne capitale de la Ligue de Délos avec la plus faible notion du risque imaginable, grâce à des suspensions étudiées pour les routes de montagnes les plus escarpées et hasardeuses.

Au terme de ce délai, le convoi s'arrêta devant le campus et son bâtiment aux innombrables, sous les yeux écarquillés des étudiants. Que pouvait bien venir faire ici les cow-boys de l'UE ? Une alerte à la bombe, une menace d'attentat contre le curieux intervenant du jour ? Déjà, les véhicules crachaient des grappes de soldats en exosquelettes, et les policiers écartaient avec une infinie précaution les curieux, conscients de l'extrême volatilité d'un milieu étudiant. Megan, quant à elle, n'en avait strictement rien à faire. Elle avait une idée en tête, et une seule, et à cette fin, elle balaya des yeux les rues alentours et le parking. Professionnelle, elle repéra très vite ce qui l'intéressait.

" Tyrios : la voiture, là-bas, vous la voyez ? " fit-elle à l'officier grec.

Celui-ci écarquilla les yeux, pour observer la limousine noire qui avait accompagné le saurien jusqu'à l'université.

" Oui madame. " répondit-il en hochant la tête.
" Bien, vous m'arrêtez tout les mecs à l'intérieur et vous les foutez en détention provisoire pour détention de faux papiers. "

Elle se retourna et s'en allait déjà vers le bâtiment, mais l'officier semblait dubitatif, pour ne pas dire clairement réticent.

" Mais, on ne peut pas faire ça ! " clama-t-il sur un ton pitoyable.

La rousse fit alors volte-face. Elle était impassible, mais son ton était catégorique, et ne laissait pas la moindre place à une quelconque alternative :

" Dans cette voiture, il y a des agents américains. Des gens qui, contrairement à nous, ne sont pas disposés à collaborer avec vous. Je ne vous donne pas le choix : vous bouclez ces barbouzes, ou j'utilise mes gars pour compenser la paire de couilles que vous n'avez pas, et je vous laisse vous expliquer avec tout ces étudiants sur votre absence d'autorité face à des étrangers. "

Collaborer, ou risquer de déclencher une émeute : Tyrios n'avait pas vraiment le choix. L'astynomia avait bien piètre image, et devoir concilier les envies de la population avec celles des européens, des étrangers et des mercenaires était extrêmement dur. Pour l'instant, donc, il devait se taire et endurer, et en quelques minutes, les occupants de la limousine étaient tous alignés devant un mur, leur véhicule immobilisé. Evidemment, ils contacteraient inévitablement l'ambassade, mais en traînant la patte, les mercenaires pourraient gagner un bon petit moment, et déjà, ils étaient en place devant le bâtiment, juste à l'heure. Megan Hunter était à cheval sur la ponctualité, même si cela restait relativement dur à croire, et elle attendit le Léviathan, fendant la masse de badauds et de journalistes avec l'aide bienvenue de ses gardes.

" Bonjour. Megan Hunter, OPEX International. Le gouvernement m'envoie pour sécuriser vos déplacements. Veuillez me suivre, je vous prie. "

Bien évidemment, rien de belliciste dans ses gestes, juste un professionnalisme froid. Ces mercenaires qui l'accompagnait n'avaient pas grand chose à voir avec ceux qui avaient attaqué sa maison, sinon leur allure générale -mais après tout, toutes les armées modernes se mettaient à acheter en masse des exosquelettes !-. Elle n'appelait une fois de plus pas à la discussion, mais elle savait pertinemment que le conflit directe serait stupide. Si il ne la suivait pas, il la laisserait retourner à sa voiture : il saurait assez rapidement que le seul moyen de rejoindre l'aéroport passerait par eux, et elle avait une offre à lui proposer. Une offre, et des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léviathan
Admin
avatar

Messages : 115
Crédits : 2467
Date d'inscription : 29/03/2014

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Dim 4 Mai - 12:08

Tous ces mammifères à l’œil vide et bovin qui le laissaient parler. Aucun d'entre eux n'avait osé prendre la parole, et Léviathan se doutait que finalement, aucun d'entre eux ne lui poserait de questions. L'ère des super-héros et de toutes les créatures qui marchaient dans leurs sillages ne semblait pas avoir frappé aussi durement la Grèce contrairement à ce qu'il aurait espéré. Avec un tel patrimoine que le leur, s'ils se donnaient la peine de chercher, ils auraient pu trouver autant de super-héros qu'ils le désireraient, comme par exemple Sthéno.

Mais non, ils étaient tous bouche bée devant ce reptile anthropomorphe qui leur parlait de l'évolution, et de ce que les siècles à venir risquaient d'offrir à une humanité déjà sur le déclin. L'anthropocentrisme était ce que Léviathan se devait de combattre à tout prix, cette notion humaine comme quoi les humains étaient l'espèce la plus évoluée de toute la planète. Une erreur radicale, et pas seulement à cause de Léviathan. Un grain de riz avait plus de gènes qu'un être humain.

- L'espèce humaine, comme toutes les espèces vivantes est vouées à disparaître, et deux possibilités se profilent dès lors. La première, est l'extinction pure et simple. Les humains se font remplacer par un autre prédateur dans la chaîne alimentaire, ou bien leur habitat naturel est détruit. Je sais ce que vous pensez, que c'est impossible. Car l'homme créait ses propres habitats, et qu'il créait les armes et objets qui lui garantissent de rester au sommet de la chaîne alimentaire. Au moins une centaine d'espèces extra-terrestres qui eux ont déjà colonisé d'autres planètes que la leur pensent la même chose. Reste à voir ce qui se passera par la suite...

Il balaya la salle du regard. Aucune réaction, ils ne le prenaient pas au sérieux. Beaucoup allaient sûrement même penser qu'il était une sorte d'anti-humain. Est-ce qu'ils avaient tort ? Peut-être pas totalement...

- Toutefois, si l'humanité est vouée à disparaître, son héritage peut persister. Car l'homme comme toute espèce vivante évolue. Il n'est plus l'australopithèque ou l'homme de cro magnon. Vous êtes homo sapiens sapiens. Mais vous ne le resterez pas. Déjà, l'évolution est en marche, et cette fois-ci, vous pouvez en être les acteurs. Un avenir est impossible pour l'humanité telle que vous la connaissez, mais il en existe un pour ses descendants. Ce qu'il faut retenir, c'est que le vivant, l'évolution, est un mécanisme immense aux rouages incompréhensibles, mais il est parfois possible de le pousser de quelques nanomètres. Le reste du temps, contentez-vous de l'observer, et appréciant qu'il existe toujours des choses hors de votre portée.

Pas de question ? Non, bien sûr. Cela se trouve, on leur avait prié de ne pas en proférer. Déjà ces étudiants et professeurs devaient faire partie de l'élite de l'université pour avoir pu profiter d'une telle conférence. Des biologistes avec des milliers d'années d'expérience de la vie ne venaient pas tous les jours. Léviathan n'eut même pas besoin de sortir pour percevoir la perturbation. Il pouvait sentir l'agitation des hommes, tous les messages signaux qu'ils émettaient. Sortant encadré de deux de ses gardes du corps, un bref regard l'informa sur le sort de son chauffeur et de son véhicule. Léviathan ne montra aucun signe d'énervement, restant d'une impassibilité parfaite. Son regard se posa alors que la rousse qui s'approchait, et une seconde plus tard, il mémorisait son odeur à des fins ultérieures.

- OPEX International, je vois.

Il était en Europe, et il avait tendance à oublier à quel point toutes ces petites organisations éphémères, tout comme les gouvernements, aimaient se partager le monde. Une triste habitude gagnée à force de voir des empires et des nations tomber en ruines au fil des siècles. Il pouvait se tailler un passage par la force, traverser l'Atlantique par la nage en dehors des radars. Mais cela prendrait longtemps, trop longtemps. Et de ce fait, c'était un risque trop important vu l'état de Sarah et la situation générale d'Halden City. Mieux valait obtempérer.

- Je vous suis.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://house-divided.forumactif.org
Wikke Hulbrecht
Admin
avatar

Messages : 71
Crédits : 2398
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche d'Immatriculation
Sexe: Homme
Âge: 40 ans
Ethnie : Humain

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Lun 30 Juin - 17:23

Parfait. En s'assurant la coopération du saurien, c'était déjà la principale partie du travail d'effectuée, ou du moins, cela était ce qu'elle pensait. De toutes façons, elle n'avait pas le temps de penser à toutes les variations possibles potentielles de son plan, elle aviserait. Il fallait l'extraire et l'emmener dans un endroit où personne n'irait le chercher.

A cette fin, un véhicule plus gros -un blindé Grizzly d'origine allemande- vint s'arrêter à quelque mètres du cordon de sécurité, et Megan emmena le Léviathan jusqu'à l'arrière de celui-ci, avant d'embarquer avec lui, seule. Evidemment, cela était un geste hautement symbolique visant à lui démontrer qu'il était là, a-priori, de son propre chef et qu'il n'était nullement retenu en otage. Dans les faits, on cherchait plutôt à minimiser tout ce qui pourrait motiver une riposte de sa part : on le savait dangereux, et on savait grâce aux données de Wikke que la dernière chose à faire était de vouloir l'impressionner avec des gorilles à ses côtés. Vouloir le neutraliser à mains nues était futile, et utiliser des armes à feu dans la soute d'un camion était vivement déconseillé... Ainsi, on en était arrivé à penser que le principal moyen de lutter contre un tel individu était de ne pas lutter, et on avait laissé Megan quand elle avait déclaré vouloir seule s'entretenir avec lui durant le trajet. Deux coups sur la carlingue, et le camion repart, au milieu du convoi, tandis que les agents de la FEMA en sont encore à plaider leur cause avec la police athénienne.

" Bon, à nous. " fit Megan, pour briser le silence, en feuilletant un dossier qu'elle avait prestement dégainé d'un attaché-caisse. Elle en sortit une liasse de photos. Des photos de la maison détruite du Lazarus District, mais aussi également des photos de graffitis s'opposant à X-Mera et ses agissements, aux chimères -comme ici un pochoir représentant une célèbre photo de Kira, l'égérie japonaise de la société, au visage squelettique, une faux à la main, ou là, une fresque murale reproduisant la scène de De Vinci, plaçant Léviathan à la place de Jésus et les chimères les plus célèbres parmi ses apôtres, se repaissant de corps humain sur fond de Lazarus District en ruines.-, quelques dossiers de police d'anti-chimères notoires, et enfin, des photographies animées -fruit des nouvelles technologies- montrant la foule s'activant autour du cadavre de la Bête, ainsi que sa tête placée en haut d'une statue.

" On a retrouvé la Bête morte il y a quelques heures dans Hessian Town. La FEMA est sur les dents, vos collègues de X-Mera ont emmené le cadavre on ne sait trop où. Je ne sais pas si il y a un lien entre la destruction de votre maison et la mort de la Bête, mais chez nous, on pense que cela ne fait que commencer, et que le plus gros reste encore à venir. "

Elle s'interrompit, le temps de lui laisser le temps de regarder les photos, mais surtout de se moucher -satanée rhume des foins !-.

" Excusez-moi. " lâcha-t-elle, par pure convention. " Bref, OPEX m'a dépêché pour vous proposer notre aide. Nous pensons que cette affaire cache quelque chose de très gros. Nous pensons notamment que ça pourrait être un coup de la FEMA pour dégager de la circulation tout le domaine de l'hybridation génétique et des chimères, pousser X-Mera dans le rang, mais nous pensons surtout qu'ils voudront nous coller l'affaire sur le dos à un moment où à un autre, pour justifier une interdiction des société de sécurité privées étrangères sur le sol américain. C'est ce point précis qui m'a poussé à vous rencontrer. Je pense qu'avec votre aide, et celle des chimères et de X-Mera, on avancera beaucoup plus vite, et surtout, que l'on évitera une issue dangereuse pour tout les partis impliqués. "

La balle était lancé, et le moteur du véhicule redevenait le principal son audible dans la soute ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léviathan
Admin
avatar

Messages : 115
Crédits : 2467
Date d'inscription : 29/03/2014

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Mar 1 Juil - 15:46

Leviathan observa calmement les photos. Rien ne transparaissait sur son visage, que ce soit une pointe d’irritation, de la colère ou quoique ce soit d’autre… On aurait l’impression qu’on venait simplement de lui annoncer le menu de son prochain repas plutôt que la mort de l’une de ses créations. Mais malgré son manque de réaction, tous ses sens étaient en alertes. Plus précisément, il générait des glandes supplémentaires pour capter tout composé chimique qui pourrait lui permettre de savoir si Roxanne était en train de lui mentir.

Bien entendu, n’ayant pas de témoin pour cette petite expérience, il se contentait d’enregistrer des informations inutiles, aussitôt déchiffrées par son cerveau et toute une panoplie d’instincts inutiles. Au moins aurait-il une idée bien précise de l’odeur de cette femme, et il pouvait presque identifier quel antigène était à l’origine de son rhume apparent.

- Ce genre de manifestation n’est pas rare, mais je ne suis pas surpris que des humains soient finalement passés à l’acte et aient réussi à tuer l’une de mes chimères.

Son regard s’attarda sur la photo de la Cène, avec sa propre personne à la place du Christ. Voilà qui était une représentation intéressante, une critique à peine dissimulée, et pourtant sûrement hors de la portée de l’américain moyen. Il se serait presque autorisé un rictus en guise de sourire.

- Si seulement ce genre d’individu étroit d’esprit, en apprenant que chaque génération les éloigne de leur bien-aimée humanité, étaient déterminés à arrêter de se reproduire.

La X-mera était en train de créer une nouvelle race d’homme. Bien entendu les chimères n’étaient qu’un prototype pour le moins instable, mais il était effrayant de voir à quel point les homo sapiens sapiens étaient en train de freiner toute évolution qu’il tentait de leur offrir. Sans lui ils se seraient déjà fait dévorer par une autre espèce ou un pathogène alien.

- Le cadavre de la Bête est la propriété de la X-mera, comme l’aurait été celui de n’importe quel animal. Les lois américaines sont ainsi faites. Plus encore, nous ne pouvons nous permettre que son code génétique ne tombe entre de mauvaises mains. Vous n’aimeriez pas voir des individus semblables à lui se retrouver au service des mauvaises personnes croyez-moi. Pour ce qui est du lien avec la destruction de ma villa…

Il rendit les photographies à la rousse, tout en la fixant droit dans les yeux. Lui arracher la gorge aurait-été si simple, mais totalement inutile. Elle n’était pour le moment ni une menace, et encore moins un repas appétissant.

- Le schéma ne colle pas. Pour ceux qui ont tué la bête, nous avons affaire à un groupe haineux. Les mutilations que le corps a subit, la violence sous-jacente, la présentation, tout ça présume une haine féroce à l’encontre de la X-mera. Or ceux qui ont attaqué ma villa ont eu l’occasion de s’en prendre à ma compagne. Un groupe aussi haineux que ceux qui ont tué la bête n’aurait pas pu résister à l’envie de coller une balle entre les deux yeux de Sarah pour en faire un exemple. Ce genre d’extrémistes déteste encore plus ceux qui apprécient les chimères que les chimères elles-mêmes dans bien des cas.

Son idée était qu’il avait affaire à deux groupes différents. Seulement il n’avait pas de réelles preuves à part ce qu’il venait d’énoncer. D’ailleurs il se demandait dans quel état devait se trouver Sarah maintenant… Et surtout sa progéniture.

- Votre aide pourrait être apprécié, mais je doute que la FEMA soit suffisamment stupide pour s’en prendre aussi directement à ma compagnie. Voyez-vous, votre société a échangé des biens fondamentaux pour une économie stable. Quelques mots de ma part, et la X-mera fermera des laboratoires, des usines et des centres de sélections végétales. Je doute que des milliers de gens seraient heureux de voir des médicaments manquer sur les étagères de leur pharmacie ou la souveraineté alimentaire américaine menacer. Qui plus est, j’ai veillé à ce que les chimères soient de parfaits petits soldats pour la FEMA.

Contrairement aux choses qui étaient en train de grossis dans les laboratoires souterrains de la X-mera Tower, qui seraient de parfaits soldats pour le Léviathan uniquement.

- Toutefois, je n’ai pas confiance en la FEMA, et la stupidité humaine n’a pas finie de me surprendre. Je vais faire rapatrier mes meilleurs éléments à Halden City, et ils se mettront à la poursuite de celui qui a tué leur partenaire. Pour le reste, la X-mera peut officiellement engager Opex International pour sa sécurité.

De cette manière l’opinion publique pensera que la X-mera ne possède pas suffisamment de puissance à elle seule pour se défendre, et cela ferait un os à ronger pour le groupe européen, ainsi qu’une bonne raison de s’implanter à Halden City. Avec de la chance, Léviathan pourrait même en apprendre plus sur ces individus qui venaient lui proposer leur aide de manière si spontanée.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://house-divided.forumactif.org
Wikke Hulbrecht
Admin
avatar

Messages : 71
Crédits : 2398
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche d'Immatriculation
Sexe: Homme
Âge: 40 ans
Ethnie : Humain

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Ven 4 Juil - 22:19


Cela s'était passé mieux encore que ne l'avait envisagé l'américaine. Elle s'était attendu à un conflit d'intérêt, à devoir négocier, mais non, le Léviathan semblait partager ses réserves par rapport à la FEMA.

Du reste, une telle facilité n'invitait pas vraiment à la confiance, et elle tentait de mettre le point sur les réelles motivations qui pouvaient pousser le lézard à accepter aussi facilement et même de manière quasiment aveugle, avec pour seules arguments des photos. Soit elle était réellement convaincante, soit X-Mera, non content d'être un repaire de généticiens fous, pourrait simplement se révéler être un repaire de savants-fous. Elle alla à s'imaginer voir sa société devenir le bras armé d'aspirants maîtres du monde évolutionnistes, sourit à l'idée, et se contenta de penser qu'au moins, cela paierait bien.

Et puis, dans ce cas, elle ne cracherait pas sur des yeux de chat. C'est mignon, les yeux de chat, mignon et pratique.

" - Même en tant qu'humaine, mes contemporains ne manquent pas non plus de me surprendre. " acquiesça-t-elle, avant de se frotter les mains. " Bon. Voilà une bonne chose de faite. Si vous n'avez rien d'autre à faire en Grèce, on peut vous déposer à l'aéroport et vous fournir un jet, ou vous ramener au vôtre, puisque je suppose que X-Mera ne vous laisserait pas vous balader à pied. Sinon, eh bien, on peut vous déposer où vous voulez, voir vous escorter dans la ville, si jamais vous en ressentez le besoin. "

Elle était retombé dans un rôle bien plus prosaïque de fournisseuse de services. Son rôle ici était maintenant terminé : elle avait sécurisé un juteux contrat pour sa boîte, et Roxane allait être contente, elle aurait toute la marge de manoeuvre nécessaire pour ses prochaines expériences, avec la sécurité de X-Mera assurée par OPEX ... Bien sûr, elle se doutait d'avance que cela n'irait pas bien loin. X-Mera refuserait sûrement de placer ses dernières innovations entre les mains d'étrangers, et encore moins Léviathan, mais les bénéfices d'une telle opération ne se comptaient pas à l'aune de quelques mouvements opérés par une frange somme toute minoritaire de la boîte. La réputation et l'action de la société allait monter en flèche, et cela suffirait sûrement à lui sécuriser une bonne place en haut-lieu, avec tout ce que cela impliquait d'augmentations...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léviathan
Admin
avatar

Messages : 115
Crédits : 2467
Date d'inscription : 29/03/2014

MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   Sam 5 Juil - 16:21

Léviathan observait calmement la route maintenant. Bien Opex avait un os à ronger, cela devrait les occuper quelque peu. Il devrait toutefois s'occuper de la sécurité pour s'assurer que ceux qu'il allait employer ne risquaient pas de compromettre l'intégralité de la X-mera alors que leur objectif était de réaliser le contraire.

- Je pense que vos hommes seront extrêmement utiles pour surveiller l'extérieur de nos installations. Vous devez comprendre que je ne peux laisser n'importe qui entrer dans nos laboratoires, autant pour des soucis de secret industriel que pour votre propre sécurité. Toutefois si vos hommes se révèlent satisfaisant ils pourront sûrement nous aider à retrouver ceux qui ont si sauvagement assassiné la Bête.

La Grèce était pour lui pleine de souvenirs, mais il valait mieux tourner la page. Si Red Gorgon avait été quelque peu intelligente elle avait déjà mis les voiles en compagnie du reste de sa "progéniture". Il repensa un instant à son enfant à naître, croissant dans le corps inconscient de sa mère, un autre problème qu'il devrait régler.

- Pour tout ce qui est des détails, je vous conseille de joindre mademoiselle Crane, elle est le visage officiel de la X-mera et se chargera de vos honoraires et de tout élément que j'aurais pu omettre. Et l'aéroport serait parfait, l'avion de la société doit déjà être en train de m'attendre. J'espère qu'il n'aura pas été saisi par le gouvernement à cause de notre petit détour.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://house-divided.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mythes et légendes...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mythes et légendes...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liszt: Dimension narrative des deux Légendes
» Les légendes de l'opéra
» Oochigeas, légende Amérindienne
» Arthur, Merlin, la table ronde, etc
» Bob Dylan, le livre 100 chansons de légendes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A House Divided :: Hors de la Ville :: Reste du monde-
Sauter vers: