Venez jeter un coup d’œil à Halden City, chaleureuse métropole de la Côte Est des Etats-Unis. Ici, l'herbe est verte, le ciel bleu, et les supers-héros côtoient tant bien que mal les humains et les aliens, dans une atmosphère tendue. Qui rejoindrez-vous ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Libre] In Cervisia Veritas ( La vérité est dans la bière )

Aller en bas 
AuteurMessage
Sacha Romanovski
Admin
avatar

Messages : 55
Crédits : 2359
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche d'Immatriculation
Sexe: Homme
Âge: 42 ans.
Ethnie : Humain.

MessageSujet: [Libre] In Cervisia Veritas ( La vérité est dans la bière )    Sam 28 Juin - 17:54

HRP : Ce post sera dédié en particulier aux aventures et propos des PNJ Billy et Cletus, tout le monde peut les faire intervenir, dans le respect des règles d'utilisation. Vous pouvez bien sûr faire interagir vos héros avec eux sur ce post. Amusez-vous et faites-vivre nos deux compères !



Red Forest. Début de l'été. La nuit tombe, c'est l'heure de l'émission du soir, consacrée, comme tous les soirs, à la dénonciation des turpitudes contemporaines, du mal du siècle, et des travers des élites de ce monde. Dans un coin reculé de la forêt, une caravane rendue grise par la saleté accumulée au long des voyages, les outrages de la nature, et recouverte d'éraflures, émet difficilement. Elle reste pourtant audible, et la voix de Cletus - Billy est en train de rédiger les nouvelles nocturnes, consacrées aux questions occultes et surnaturelles ; UFO et compagnie - retentit suavement à travers les ondes.

-Il est 19h, et pour ceux qui nous écoutent, vous êtes sur RFCPTR, Red Forest County's Patriotic Truth Radio, alias Radio Vérité Patriotique ! Salut les ringards, héhé, j'déconne, vous autres qui nous écoutez, vous êtes des vrais patriotes les gars, et franchement, franchement, j'ai envie de dire, euh, ben merci, hein. Parce que vous nous écoutez et que c'est 'achement patriotique. Ces foutus Yankees ont eu notre chère jeunesse, mais ils n'ont fait qu'emporter une bataille, et non la guerre ! En effet, ce gouvernement qu'on dirait que c'est rien qu'un gouvernement de touristes -

Il dut réprimer un rot. Une orgie à la bière avait en effet précédé, comme toujours, l'émission radiophonique de la soirée. Billy et Cletus avaient l'habitude d'alterner en fonction du degré de sobriété de chacun, ce qui ne contribuait pas peu au caractère sympathiquement anarchique de leur chaîne. Les envolées lyriques de Cletus étaient bien connues dans cette région par les quelques amateurs de contempteurs isolés du mal moderne, comme ils disaient. La majeure partie de l'auditoire des deux compères était constituée de chômeurs, de marginaux et de jeunes désœuvrés. Ceci constituait une population plus nombreuse, dans cette Amérique qui entamait difficilement ce XXIème siècle naissait, créait beaucoup d'inégalités et de défavorisés qui cherchaient un refuge, une consolation, et une voix qui puisse canaliser leur rage et leur frustration. C'était là la tache que Billy et Cletus s'étaient donnée. Etre une voix, une voix salutaire et prophétique parmi les ténèbres de la modernité galopante. Cletus, sa crise surmontée, put reprendre le micro.

-S'cusez-moi. Suis z'ému. Si. Si, parce que ces maudits touristes, j'ai bien dit des touristes, ouais les gars, qui nous gouvernent, ils sont des salauds. Rien moins que ça. Et ouaip. Passssque avec tout le toin-toin qu'ils nous balancent, amitié extra-terrestre par-ci, coordination des superspéfici...spéfifi...spé-ci-fi-ci-tés par-là, bref, on s'en sort plus. Pourquoi je dis touristes, et ben parce que de vrais américains, jamais ils auraient fait ça à not'pays. Moi, Cletus, ainsi que mon camarade Billy, on en a marre. Et on sait que vous aussi. Alors on vous a composé des chansons pour passer la soirée agréablement, tout en réfléchissant, et ce, jusqu'à l'aube. Ca va être la fête les gars ! Et pis c'est l'été ! Faut fêter ça, nonobstant - il eut un hoquet en prononçant ce mot qu'il venait d'apprendre. C'était le fruit d'une timidité maladive et inhibée qui se rappelait à son bon souvenir dès qu'il faisait preuve d'une quelconque audace, et prononcer ce mot nouveau qui lui semblait si beau, si noble et majestueux, si bien construit, en était une pour lui- la tyrannie gouvernementale ! C'est pour ça qu'avant de passer aux choses sérieuses, on va commencer par vous passer Take me Home, Country Roads, une chanson bien de chez nous ! Musique ! Yipee !

Fort satisfait, il pressa le bouton en question qui envoya à travers les ondes la chanson de John Denver. Puis, il décapsula une bière, qu'il s'envoya rapidement, avant de se tourner vers son compère Billy.

-Comment que c'était ?
-Bien chiadé,
dit Billy.
-Pas vrai ?
-J'trouve qu'on aurait dit...heu...comment qu'il s'appelle...
-Hum ?
-Le type là...
-Lequel ? J'en connais plein.
-Non mais je te parle du mec anti-coco, là...attends...Mac-Arthur ou quelque chose comme ça...Mac-Carter...
-Mac-Carthy ?
-Voilà ! Voilà, c'est ça que j'voulions dire ! Un brave type encore !
-Je veux ouais. Un bon gars de chez nous.
-Ouaip. Dommage que les extra-terrestres l'aient enlevé pour le violer.
-De quoi ?
Fit Cletus, surpris.
-T'savais pas?
-J'savions pas.
-Si, en 55. Même que c'est pour ça qu'il est devenu alcoolique. Pour oublier. Passque c'est pas sa défaite qui l'a miné, le Jojo, il était plus fort que ça. Un vrai fils de pionnier, un vraie gars de chez nous !
-Ouais ! Donc, ils l'ont...
-Oui.
-Fichtre.
-L'a pas pu supporter.
-Mais pourquoi, au nom du Ciel ?
-'Ton avis? Ils l'ont fait parce qu'il a voulu virer des extraterrestres déguisés en communistes. Il avait senti le piège avant tout le monde, mais il pouvait pas parler des aliens, forcément, les gens étaient pas prêts. Alors il a fait le coup de la chasse aux communisses. Mais c'était une couverture.
-Purée.
-Je te le fais pas dire.
-Salauds d'aliens !


Cette sentence vengeresse vertement expédiée, un ange passa. Il arrive qu'une profonde complicité étouffe toute velléité de parole, rendue inutile par le lien qui unit deux êtres. C'est pourquoi, l'oeil vide , les deux amis se regardèrent un temps, puis détournèrent le regard, cherchant en même temps comment conclure une conversation qui semblait ne pas pouvoir avoir de fin. Puis, une lueur brilla dans l'oeil de Billy.

-A propos, c'est pas fini la musique ?
Cletus se retourna.  
-Vingtdieu, oui ! Oh le con !
Il se précipita, très gêné, sur le microphone.
-Et c'était Take me Roads, de John Denver ! Haha, un bon, un vrai, celui-là, encore. Bien, maintenant nous allons passer à notre rubrique "déchirage de voile". C'est Billy qui s'y colle ! Ce soir, il sera question des crédits alloués à la FEMA, une fois de plus.

Et tandis que Billy s'acheminait pesamment vers le microphone pour remplacer son ami, qui alla humer l'air frais de l'été naissant au seuil de la caravane, une autre soirée d'imprécations et d'invectives semblait se profiler pour les deux compères, qui y trouvaient là, peut-être, leur unique joie et leur seule motivation dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Libre] In Cervisia Veritas ( La vérité est dans la bière )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Production de la manufacture Alexandre
» Enregistrements libres de droits en libre écoute (3)
» la vérité sort de la bouche des enfants
» Mercredi Libre - Noël 92
» [Libre] Varg Vikernes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A House Divided :: Hors de la Ville :: Red Forest-
Sauter vers: